Un travailleur local mène des efforts de prévention contre le COVID 19

Speeches Shim

Mardi, 5 mai, 2020

 

 Yao Kouassi, a driver at the United States Agency for International Development's (USAID) Côte d’Ivoire office
Yao Kouassi

Le 11 mars 2020, le premier cas de COVID-19 a été signalé en Côte d’Ivoir suscittant de vives inquiétudes dans de nombreuses communautés. Cela a poussé Yao Kouassi, chauffeur au bureau de Côte d' Ivoire de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) à prendre des mesures rapides visant à prévenir la propagation du virus dans son village.

Yao travaille depuis 10 ans avec le gouvernement des États-Unis. Il sait que l'USAID fournit une assistance depuis des décennies au Gouvernement et aux populations de Côte d'Ivoire. C'est ainsi que Yao a senti qu’il pouvait également faire quelque chose au niveau local pour répondre aux préoccupations des COVID au niveau national,

"J'ai de l'espoir que nous pourrons vaincre le COVID et je sais qu'il y a un besoin dans les zones rurales en ce moment", a déclaré Yao.
 Originaire d'Adjoumanikro, un petit village agricole situé à environ 260 km de la capitale d'Abidjan, Yao a commencé à recevoir des appels à propos de COVID dans sa ville natale. Beaucoup de gens dans le village avaient des questions et des craintes sur le virus et son potentiel mortel. Avec près de 90% de la population d'Adjoumanikro sans éducation, il y a eu une rupture dans la communication efficace concernant les moyens de rester à l'abri du virus. Yao a réalisé qu'une campagne qui partageait les meilleures pratiques, les bonnes habitudes d'hygiène et les précautions de sécurité COVID était plus que jamais nécessaire. Yao a rapidement pris contact avec les dirigeants du village pour organiser une campagne de sensibilisation au COVID-19. Il a recueilli des informations publiques louables partagées à l'USAID, ainsi qu'au gouvernement de la Côte d'Ivoire, et s'est associé à deux enseignants du secondaire. Considérés comme des leaders communautaires de confiance connus pour communiquer efficacement avec les citoyens, les enseignants et Yao ont partagé des informations via WhatsApp et d'autres efforts de communication. Yao a également organisé un voyage de sensibilisation qui a partagé en toute sécurité des informations et des fournitures avec ceux qui en avaient besoin. Combattre le COVID avec la communication: agir de manière stratégique et briser les barrières culturelles

En plus de partager les meilleures pratiques en matière de prévention du COVID-19, Yao a également répondu de manière stratégique aux efforts visant à prévenir la propagation du virus. Yao savait que de mauvaises habitudes d'hygiène et de santé pouvaient augmenter la propagation du coronavirus. Le village rural avait également besoin de produits pour se laver les mains. De sa poche, Yao a acheté des seaux, du savon et créé des stations de lavage des mains sûres. Cependant, il y avait un autre défi. Dans le village, où il est important d'être culturellement ensemble et de partager des articles, Yao a également dû éduquer et partager des informations sur l'importance de ne pas s'engager dans des pratiques courantes telles que partager une tasse ou manger dans la même assiette. Difficile mais réalisable, avec le soutien du chef local et des membres de l'association des femmes et des jeunes, Yao a créé un comité COVID d'éducation et de veille sanitaire pour aider les gens à adopter de bonnes habitudes de santé publique.

Dans le but de soutenir les efforts de sensibilisation, Yao et ses partisans collectent des fonds pour plus de fournitures et de ressources. Il a récemment rejoint plus d’une centaine de personnes de sa région pour rejoindre la cause et contribuer à acheter des fournitures telles que des seaux, du savon, des serviettes et d’autres articles que beaucoup ne peuvent se permettre dans le village. Bien que la campagne de financement actuelle se termine dans quelques jours, il y a toujours un besoin d'aide. Seulement 20 000 FCFA, un peu moins de 40 USD, ont été levés et davantage de financement est nécessaire. La plupart des gens de sa région ont un faible revenu et travaillent dans la ville comme jardiniers, nounou ou cuisinier, donc leurs efforts

«J'ai encore de l'espoir, conclut-il sur une note douce-amère». Je crois que pas à pas, chacun de nous peut faire une différence dans notre communauté et expulser COVID-19. » D'autres employés locaux travaillent dans des initiatives dans leurs communautés, appliquant leurs compétences pour créer des analyses de données, des compétences en communication ou simplement organiser des collectes de fonds.

Pour plus d'informations sur les efforts de Yao, vous pouvez contacter: ykouassi@usaid.gov

Last updated: October 23, 2020

Share This Page