Flag of Madagascar

Madagascar en un clin d'oeil

Language: English | French

Madagascar est une île située dans l’Océan Indien, au sud-est du continent africain. Le pays est composé de la grande île de Madagascar (d’une superficie de 587.041 km2, elle est la quatrième plus grande île du monde) ainsi que de nombreuses petites îles périphériques dont la plus grande est Nosy Be et Nosy Boraha (Sainte-Marie). Antananarivo en est la capitale et la plus grande ville. Elle est située sur les hautes terres, très près du centre géographique de l’île.

En 2010, la population malagasy était estimée à environ 20 millions d’habitants, dont 85% vivent avec moins de 2 dollars US par jour. Les autres grandes villes, à part la capitale Antananarivo, sont Antsirabe, Antsiranana, Fianarantsoa, Mahajanga, Toamasina et Toliary.

Madagascar est passé par quatre périodes constitutionnelles, dont une Première République postcoloniale dirigée par le Président Philibert Tsiranana (1960-1972), une Deuxième République socialiste sous l’Amiral Didier Ratsiraka (1975-1991), et une Troisième République démocratique dirigée successivement par les Présidents Zafy Albert (1992-1996), Didier Ratsiraka (1997-2002) et Marc Ravalomanana (2002-2009). Le Président est élu pour un mandat de cinq ans renouvelable et est assisté d’un Premier Ministre qu’il nomme. Cependant, le 17 mars 2009, après des manifestations dans la capitale, le Président Ravalomanana remet le pouvoir aux forces armées qui, à leur tour, en confient la présidence au chef de l’opposition Andry Rajoelina, maire d’Antananarivo et chef des manifestants. Rajoelina s’autoproclame « Président de la Haute Autorité de la Transition » (HAT) et promet d’organiser des élections présidentielles avant octobre 2010 (promesse qu’il ne tiendra pas) après un référendum constitutionnel et une révision du code électoral. Considérant cette série d’événements au début de l’année 2009 comme un coup d’état militaire, les Etats-Unis condamnent le changement de pouvoir inconstitutionnel et non démocratique et suspend tous ses programmes d’aide qui bénéficient directement au gouvernement ainsi que toute aide non humanitaire à Madagascar.

Madagascar est un haut lieu de la biodiversité, dont plus de 80% des espèces de plantes et d’animaux n’existent nulle part ailleurs dans le monde. Ces espèces sont dispersées dans diverses écorégions, notamment la forêt tropicale humide de l’est et du centre-sud, la forêt sèche de l’ouest, et le désert et la forêt épineuse du sud. Les écosystèmes diversifiés de la grande île et sa faune unique sont gravement menacés par les établissements humains et par la pratique traditionnelle de la culture sur brûlis (tavy) qui a dénudé jusqu’à 90% de la couverture forestière originelle du pays. Sous l’administration de l’ancien Président Marc Ravalomanana, le gouvernement malagasy, en partenariat avec la communauté internationale, a mis en œuvre des mesures de conservation de grande envergure liées à l’écotourisme, dans le cadre d’une stratégie de développement nationale. Toutefois, sous le gouvernement intérimaire de Rajoelina, l’exploitation illicite du bois précieux, le braconnage et la vente illégale des espèces menacées comme les lémuriens ont fortement augmenté dans les parcs nationaux de Madagascar, dont beaucoup sont classés patrimoine mondial de l’UNESCO.

Last updated: November 17, 2014

Share This Page